In lingua veritas : La langue comme credo ou comme « balancier »

Résumé : Dans LTI, la langue du IIIe Reich, le philologue Victor Klemperer interroge, à partir des modifications de la langue allemande durablement influencée par l’idiome nazi, les ressorts d’une emprise aussi massive. Ses préoccupations rejoignent celles des psychanalystes qui se sont intéressés aux identifications narcissiques. La LTI privilégie le fonctionnement primaire de la pensée, tout en conservant l’apparence d’une formation secondaire. Elle impose une pensée religieuse, maintenant l’illusion de la dépendance à une figure parentale indifférenciée omnipotente et omnisciente. L’ouvrage de Victor Klemperer manifeste dans son style la lutte des forces d’éros contre les puissances de la destruction. Cette étude peut informer l’écoute de patients dont les défenses mobilisent régulièrement le recours à un discours stéréotypé ou à, un style opératoire.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

https://hal-univ-perp.archives-ouvertes.fr/hal-01159984
Contributor : Olivier Savoyat <>
Submitted on : Thursday, June 4, 2015 - 11:31:28 AM
Last modification on : Thursday, December 20, 2018 - 1:31:19 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01159984, version 1

Collections

Citation

Laurence Aubry. In lingua veritas : La langue comme credo ou comme « balancier ». Revue Française de Psychanalyse, Presses Uniiversitaires de France, 2015, 79 (1), pp.42-54. ⟨hal-01159984⟩

Share

Metrics

Record views

163