Chapitre 7 - La mosaïque des territoires ruraux centre-européens

Résumé : Le caractère inédit de la transformation agraire en Europe centrale depuis l'effondrement du système socialiste a modifié brutalement et en profondeur l'organisation des sociétés locales. La privatisation des structures économiques a bouleversé les rapports au travail et l'accès à l'emploi. Elle a introduit le chômage et a accentué la différenciation des revenus et des niveaux de vie. La décollectivisation a déconcentré les activités économiques qui ont changé de nature et surtout de mode de fonctionnement, ce qui a imposé aux acteurs sociaux des choix décisifs pour eux-mêmes et leurs familles : sortir de la coopérative ou postuler comme salarié agricole, rester au village ou émigrer en ville ou à l'étranger, reprendre l'exploitation familiale ou quitter l'agriculture, prendre le risque de créer son entreprise ou prospecter l'embauche sur un marché du travail aléatoire. Dans le même temps, l'évolution des politiques d'intervention a engagé les individus dans la prise en charge du développement local. Des dispositifs plus ou moins opérationnels selon les pays ou les régions sollicitent les initiatives endogènes en faveur de la diversification des activités économiques en milieu rural : développer le tourisme vert, organiser des filières de transformation agro-alimentaire, valoriser les produits de l'artisanat ou des petites industries locales, exploiter des énergies renouvelables, etc. Ils mobilisent des réseaux d'acteurs plus ou moins achevés et plus ou moins efficaces, plus ou moins affranchis également à l'égard des tutelles politiques, plus ou moins émancipés enfin par rapport à l'emprise de certaines structures économiques héritées comme les grandes exploitations agricoles qui ont pris la succession des coopératives socialistes. En outre, l'ampleur de la crise rurale accuse souvent les situations de dépendance à l'égard des impulsions économiques externes dans une logique de sous-traitance industrielle ou de tertiarisation par défaut des emplois locaux. L'émergence de nouveaux rapports sociaux dans les espaces ruraux prend cependant des formes très diverses dans un ensemble territorial post-socialiste finalement très composite, en tout cas bien moins monolithique que ne le laissaient supposer l'héritage socialiste et les caractères du collectivisme agricole en particulier. Ces nouveaux rapports sociaux contribuent à transformer et à différencier la structuration des territoires locaux. En effet, ils modifient ou confortent le profil des activités et des fonctions rurales en faisant varier la part de l'emploi dans les différents secteurs économiques. Par ailleurs, ils accusent ou atténuent les effets sociaux de la crise économique, qui s'expriment notamment par le niveau du chômage, mais qui sont aussi perceptibles à l'évolution des comportements démographiques, migratoires en particulier. Enfin, ils déterminent les dynamiques territoriales en cours, en favorisant ou en paralysant l'intégration socio-économique des espaces ruraux : l'essor ou au contraire la déprise des activités génératrices de revenus et d'emplois sont liés à l'orientation des choix individuels et des démarches collectives, que ce soit pour ces dernières dans un cadre institutionnel ou associatif ; ils dépendent également de décisions politiques et d'interventions économiques externes au milieu rural, et révèlent ainsi le degré d'insertion des territoires ruraux dans l'économie globale. Parce qu'il est sélectif, ce processus d'intégration tend à produire une trame territoriale très hétérogène. Les nouveaux rapports sociaux dessinent donc des territorialités multiples. Quelles sont alors les logiques socio-économiques qui fondent cette structure territoriale « en mosaïque » ? Comment se distinguent-elles les unes des autres, et permettent-elles d'identifier des types de ruralité ? En quoi ces derniers procèdent-ils des héritages territoriaux et en quoi sont-ils le reflet des trajectoires différenciées de la transformation post-socialiste ? Le poids des contextes nationaux autorise-t-il la comparaison à l'échelle centre-européenne ? Afin d'exprimer et de caractériser la diversité de la ruralité centre-européenne, l'analyse recourt à un ultime traitement statistique multivarié. Ici, le choix des variables répond au souci de leur convergence, mais dépend également de leur caractère discriminant pour chacun des pays concernés. En outre, le manque de fiabilité de certains modes de recensement a parfois exclu la prise en compte de certaines données, comme dans le cas du taux de chômage par exemple. C'est pourquoi la sélection des variables diffère légèrement d'un pays à l'autre. Néanmoins, l'intention de l'analyse est tout d'abord de dégager le profil d'activités dominant des territoires ruraux, en distinguant notamment la part des actifs du secteur primaire et du secteur secondaire. Elle est ensuite d'évaluer le niveau de la crise rurale, en [...]
Document type :
Book sections
Complete list of metadatas

https://hal-univ-perp.archives-ouvertes.fr/hal-02455407
Contributor : Guillaume Lacquement <>
Submitted on : Sunday, January 26, 2020 - 10:25:38 AM
Last modification on : Tuesday, February 11, 2020 - 10:10:29 AM

File

La mosaïque des territoires r...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02455407, version 1

Citation

Guillaume Lacquement. Chapitre 7 - La mosaïque des territoires ruraux centre-européens. Marie-Claude Maurel, Guillaume Lacquement (éds), Agriculture et ruralité en Europe centrale, aux lieux d'être, p. 135-144, 2007. ⟨hal-02455407⟩

Share

Metrics

Record views

7

Files downloads

7