, Et ce, même si ces enseignements de catalan restent gérés par des enseignants hispanistes relevant de la 14 ème section. À Perpignan, on retrouve le catalan, langue professionnalisante et de communication, en LEA, ainsi que pour les non-spécialistes d'autres formations et pour les étudiants étrangers, y compris pour le personnel de l'Université. Néanmoins en spécialité, les études catalanes ont une spécificité autre qu'en 14 ème section, même si, au plan formel, le catalan à l'UP est partiellement redevable, à ses débuts, au schéma traditionnel des études hispaniques (enseignements de type LLCE). En effet, dans l'esprit, il a aussi et surtout été impulsé par la volonté politique locale d'enseigner aux gens du pays la langue et la culture du pays, et de les former à une insertion socioprofessionnelle dans le pays 55 . En 1992, l'intégration des enseignements et recherches de catalan dans le cadre de la 73 ème section, Cultures et Langues Régionales, a bien évidemment renforcé cette « identité » et cette fonction des études catalanes qui seront menées tout autant de et sur l, Les études hispaniques ayant la réputation d'être relativement classiques et « puristes », on pouvait émettre l'hypothèse que le catalan impulsé dans le giron de la section 14 le serait également. En effet, les matières enseignées dans les « places fortes » du catalan reprennent les tendances des études hispaniques : langue, littérature, civilisation (LLCE)

, la logique voudrait que le catalan en 14 ème section soit langue étrangère comme les autres langues romanes de cette section, et qu'il apparaisse lisiblement dans l'intitulé même de Langues romanes, à côté de l'italien, du portugais (luso-brésilien), de l'espagnol et du roumain, ce qui n'est pas le cas. Cela dit, dans cette section, l'impulsion et l'évolution des Études catalanes doivent beaucoup aux enseignants catalans de souche, et catalanistes militants, et ce, non seulement à Perpignan, mais dans les différentes universités. Phénomène qui s'inscrit dans le sens d'une affirmation identitaire 57 du catalan à l'intérieur de l'hispanisme français (la plupart des sections ou des parcours ayant été mis sur pied et développés par des enseignants d, Catalan: langue régionale ou langue étrangère ? Une simple réflexion pour commencer : dans une perspective administrative

, « Il fallait en effet, profiter de la base culturelle et linguistique propre à Perpignan et à la Catalogne Nord pour former, à un haut niveau, dans le cadre de l'université française, par la pratique simultanée du français et du catalan, des gens capables de s'insérer dans le tissu socio-économique catalan, Miquela Valls l'écrit d'ailleurs clairement dans son article de 1992, p.126

, On peut les apparenter aux études « indigénistes

, Voire, à une certaine époque, d'une revendication politique antifranquiste, comme à l'université de Rennes 2

, Ou la question est-elle plus politique, à savoir : le catalan restera-t-il arrimé à l'espagnol à l'image d'une Catalogne autonome, mais toujours ancrée dans le cadre de l'État espagnol ?, Au fil des données recueillies dans notre enquête

, Au contraire, et paradoxalement, à Pau il était affiché Langue Etrangère (car langue d'Andorre, où le catalan est la langue officielle) alors que par le même temps il était donné comme option de la licence d'occitan. À Toulouse, il est Langue Régionale, ainsi qu'à Béziers alors qu'à Montpellier (pourtant promu par le même directeur que le centre de Béziers) il est Langue Étrangère. Et ce ne sont là que quelques exemples de la disparité voire des incongruences universitaires quant au statut du catalan. Cette question du statut du catalan (ainsi que du basque) n'est pas sans importance puisque, au niveau ministériel, la distinction est non seulement établie, Langue Étrangère ou Langue Régionale pour le catalan est variable et parfois assez incohérent. À Bordeaux, par exemple : sorti du département d'espagnol et désormais intégré avec occitan et basque dans un Certificat de Langue transversal, il est Langue Régionale

, est le catalan standard qui est enseigné, à Perpignan la situation est variable, et même assez floue dans le cas de la Licence d'Études catalanes. Pendant longtemps, aucune ligne directrice n'a été imposée : la langue enseignée -instrumentale ou matière -étant d'abord le fait des enseignants, chaque enseignant utilisait celle qu'il voulait individuellement (« variante roussillonnaise » ou variante centrale et standard), en fait la plus naturelle à chacun, puisque l'oral y tient une grande place (la langue de communication -imposée, Quel type de langue enseigner 58 : variante ou standard 59 ? Alors que dans toutes les universités

». Ifct-À-un and ». , Cela donc qui se veut ouverture « politique » devrait se doubler d'une politique linguistique résolument tournée vers le catalan standard. Or, ce n'est pas tout à fait le cas. Ce qui n'est pas sans générer quelques problèmes. Ainsi, au plan sociolinguistique, les étudiants catalanophones (issus ou non des filières bilingue et immersive) qui arrivent à l'IFCT ont en général été initiés au catalan écrit standard et formés à l'idée d'une ouverture vers Barcelone et vers « le sud ». Or, parvenus en Licence, ils sont encouragés à un retour sur le « parler » 60 local au motif qu'elle/qu'il doit être préservée. On peut donc comprendre des réactions d'étonnement, voire de rejet, liées à leur désorientation et au fait que ce double emploi génère un amalgame linguistique, Depuis quelques années

C. ,

, Voir le nº 63-64 (1976) de la revue Sant Joan i Barres du Grup Rossellonès d'Estudis catalans, « El català a l'escola », entièrement consacré à la question. Voir également la synthèse qu'en fait Domènec Bernardó dans le numéro suivant, Cette question n'est pas nouvelle : dans les années soixante-dix, elle était déjà au coeur de la polémique linguistique posée dans les milieux nord-catalanistes, vol.65, pp.28-29, 1976.

, Le parler au sens de parla en catalan, c'est-à-dire la langue

, une variante/des variantes dont l'identification et la description demeurent discutables et qui font l'objet d'un sur-investissement idéologique. Enfin, paradoxe pédagogique et scientifique : il n'y a jamais eu de débat interne à ce sujet entre les enseignants impliqués, p.61

, le catalan est une langue parmi d'autres, dont l'essor assez récent a bénéficié, d'une part, de l'attractivité et d'un certain phénomène de mode de la ville de Barcelone liés à la forte médiatisation et promotion de la ville avec les Jeux Olympiques de 1992 ; et il a bénéficié, d'autre part, du rayonnement de la Catalogne en Europe -la région est dynamique et « porteuse » au plan économique -ainsi qu'à sa richesse réelle et à sa vitalité culturelle ; pour preuve, des miliers d'Européens se sont installés à Barcelone depuis 1990. Cependant, en amont, cette notoriété résulte de la volonté d'impulsion et de diffusion du catalan (en et hors de la Catalogne, en particulier vers l'Europe du nord) du gouvernement autonome de la Generalitat 62 dans les années 1980-2000. Enfin, plus récemment l'enseignement du catalan a été réimpulsé avec la projection de la Catalogne dans le double contexte de l'Arc Méditerranéen Latin (Processus de Barcelone) et de l'Eurorégion Pyrénées-Méditerranée 63, Langue de communication (motivation utilitaire) / versus tout le reste Dans la plupart des universités françaises (c'est sans doute aussi le cas dans les autres universités étrangères et européennes)

C. Qu, Le catalan : langue d'avenir professionnel On ne s'étonnera donc pas que le catalan se profile comme langue professionnelle d'échanges économiques avec la Catalogne dans les cursus universitaires. Depuis plus de vingt ans, il est proposé en LEA dans le cadre des spécialités telles que Langues et Affaires internationales ou métiers de la traduction, et à présent dans les Licences pro et dans des DU (traduction, tourisme et hôtellerie, art et patrimoine). À Perpignan, cet enjeu professionnel (autre que l'enseignement) est primordial et est/a été impulsé dans des secteurs tels que : médias, secteur associatif, et non plus forcément ou uniquement dans le cadre classique de la philologie romane

, Il ne s'agit pas de rejeter cette orientation pédagogique, mais d'en discuter préalablement les contraintes, les limites, les possibilités et les enjeux, et d'établir un cadre référentiel avec des modalités permettant aux étudiants (et aux enseignants) d'avoir les idées claires et de pouvoir adopter des réflexes linguistiques de discernement et éventuellement de choix selon les circonstances

, Som 6 milions") une langue non seulement nationale (d'identité et de cohésion) mais aussi de portée internationale a été une priorité constante du président Jordi Pujol au cours des cinq mandats qu'il a assumés entre 1980 et 2003. Qui plus est, c'est le rayonnement et l'importance de la, Faire du catalan (langue co-officielle des 6 millions d'habitants de la Catalogne, dans les années 80

, cap. Montpellier), la Catalogne (cap. Barcelona), les Îles Baléares (cap. Palma de Majorque) et l'Aragon (cap. Saragosse)

, Avec diverses fortunes selon les cas

, demande de plus en plus forte d'initiation, de renforcement ou de spécialisation (catalan médical, juridique,?) en catalan est donc à prévoir à l'université

, Le catalan langue identitaire : transmission, perénnisation Sur ce plan spécifique, l'enjeu de l'enseignement du catalan à l'université n'est évidemment pas le même à Perpignan que dans les autres établissements supérieurs de l'hexagone. Le catalan à l'UPVD y détient certes cette image de langue internationale dont il a été question plus haut, mais il est surtout langue régionale de la « région, et au même titre que les autres LR dans leurs universités respectives (basque à Bayonne, breton à Rennes et à Brest, occitan à Montpellier

, En Catalogne du Nord, il existe une forte propension à affirmer sa légitimité géographique et identitaire, et à afficher une volonté politique: du Conseil Général (de gauche) avec le slogan « L'accent catalan de la République », à la ville de Perpignan (de droite) avec le slogan « Perpignan, la catalane », en passant par d'autres sensibilités -tous/toutes rivalisant de catalanisme. Par ailleurs, dans la perspective pancatalane de l'ensemble des Pays Catalans, le catalan est langue de la nation (llengua de la Nació), mais aussi

, Cette légitimité identitaire rend son enseignement incontournable à l'université de Perpignan, notamment au titre de la formation des futurs enseignants de catalan. Par le renforcement, dès le primaire, de sa base démolinguistique, ils pourront contribuer à la pérennisation de la langue propre, en tentant de compenser les effets négatifs d'une longue tradition scolaire de monolinguisme

J. Becat, « Langues et cultures régionales, le Séminaire de Montauban (19-20 octobre 1981): circonstances, déroulement, documents, 2008.

D. Bernardó, « Polèmiques lingüístiques: problemes falsos i statu quo, vol.65, pp.28-29, 1976.

D. Boyer and E. Trenc, « Aspects institutionnels de la recherche portant sur les Pays catalans », communication prononcée lors des Journées d'étude de la Société des Hispanistes Français (Poitiers, 12 et 13 mai 2006), et publiée en ligne le 28 septembre, 2008.

R. Gironell and M. Lluïsa, « Perfils sociolingüístics dels alumnes de cursos de català per a no especialistes i dels del primer curs especialitzats en DEUG de català de les universitats de Perpinyà i de Tolosa Le Mirail », communication inédite présentée lors de la Vª Trobada de Sociolingüistes Catalans, pp.10-11, 1997.

S. Barres, , pp.63-64, 1976.

M. Valls, « Estudis superiors de català a Perpinyà: passió vella i sempre nova, Qui sem els catalans del nord? Perpignan : Associació Arrels, 1992.