Les calcrètes palustres (tuïres) du Pliocène supérieur de la plaine du Roussillon. Pierres monumentales d’usage historique ancien - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Géologie de la France Year : 2016

Les calcrètes palustres (tuïres) du Pliocène supérieur de la plaine du Roussillon. Pierres monumentales d’usage historique ancien

(1) , (2)
1
2

Abstract

During the late Pliocene, the Roussillon plain was the site of repeated accumulations of fine-grained silty deposits, locally intercalated with sandy-gravelly flood deposits. Such sediment-accumulation processes implied that, around 4 Ma ago, the manifestations of structural collapse of the plain had virtually ceased, and that subsidence had become much attenuated. Our understanding of these alluvial deposits has long remained fragmentary, as the stream-beds generally were fairly small and the deposits within them mostly devoid of plant- and animal remains. Some beds that are strongly cemented by calcite and locally called “tuïres”, generally correspond to fine-grained sediment deposited at some distance from the flood channels, but locally also to more coarse-grained sand. Their CaCO3 content can be as high as 50 to 60%. The Terrats cliff, dominating the Canterrane River, has allowed a detailed analysis of this late Pliocene alluvial succession. None of the beds exceeds 1-m thickness, but their lateral extension can be several hundred metres. The alluvial sand is commonly poorly sorted, with multi-modal distribution curves. The alluvial system was controlled by a semi-arid climate with contrasting seasons. The first stages of soil formation developed under hydromorphic conditions, leading to more-or-less bluish gley soils. Precipitation of the carbonate cement took place over several stages, starting with the hydromorphic pedogenesis and ending under evaporitic conditions, i.e. close to the surface. The beds thus formed, here qualified as calcretes, can correspond to sandy limestone of calcareous sandstone. The degree of initial pigmentation generally defined the final colour of the ‘tuïre’, which can vary from near-white to dark-brown. In parallel with the geological work, we studied the use of the ‘tuïre’ stone in the architecture of several Romanesque and earlier churches of the Roussillon and even in some buildings dating from the late stages of Roman occupation. These observations have led us to envisage that such monumental stones were re-used throughout the ages. The properties and aspect of these stones are very similar to those of the calcretes studied in outcrops. In the absence of clear vestiges of true quarries, the places where they were extracted are unknown, but several indications point at the fact that huge blocks, fallen into the Canterrane river bed from eroded cliffs, may have provided opportunistic stone-mason sites. Here, the blocks were intermittently shaped into the stones used in the medieval and earlier constructions of the median part of the Roussillon plain between Terrats and Villeneuve-de-la-Raho, in particular including the villages of Terrats, Nyls and Trouillas with its Templar fortress of the Mas Déu.
Pendant le Pliocène supérieur, la plaine du Roussillon est le site d’accumulations récurrentes de dépôts fins limoneux où s’intercalent parfois quelques alluvions sablo- graveleuses de forte crue. Ces processus d’accumulation impliquent que vers 4 Ma les manifestations structurales d'effondrement de la plaine étant arrivées près de leur terme, la subsidence n'était plus qu'atténuée. Nos connaissances sur ces alluvions sont longtemps demeurées fragmentaires car il s’agit de lits d’assez modeste extension, le plus souvent azoïques et aphytiques. Certains bancs fortement cimentés par la calcite et localement appelées tuïres, correspondent le plus souvent à des dépôts fins à l’écart des chenaux de crues, mais aussi plus rarement à des sables plus grossiers. Leurs teneurs en CaCO3 peuvent atteindre jusqu’à 50, voire 60 %. La falaise de Terrats qui domine la rivière Canterrane a permis une analyse détaillée de la succession des alluvions du Pliocène supérieur. Chacun des lits n'excède pas un mètre d'épaisseur, leur extension latérale pouvant atteindre parfois quelques centaines de mètres. Les sables des alluvions sont généralement mal classés avec des courbes de distribution plurimodales. Le régime alluvionnaire est demeuré sous le contrôle d'un climat sub- aride à saisons contrastées. Les premières phases de la pédogenèse se sont développées en conditions hydromorphes aboutissant à des gleys plus ou moins bleutés. Les précipitations du ciment carbonaté se sont développées en plusieurs étapes qui ont pu s’initier dès la pédogenèse hydromorphe pour s’achever en conditions évaporitiques, c'est-à-dire proches de la surface. Les bancs ainsi formés, qualifiés ici de calcrètes, peuvent correspondre à des calcaire gréseux ou à des grès calcaires. Le degré de pigmentation initial a souvent défini la couleur finale plus ou moins foncée du tuïre, on distingue ainsi des « tuïres blancs » et des « tuïres nègres ». Parallèlement, cette étude a été envisagée en fonction de l’usage de pierres en tuïre dans l’architecture de plusieurs églises romanes et pré romanes du Roussillon et aussi dans quelques édifices remontant à la fin de l’occupation romaine. Ces observations conduisent à envisager une succession de remplois de ces pierres monumentales. Les caractères ou propriétés de ces diverses pierres sont largement semblables à celles des calcrètes étudiés à l'affleurement. En l’absence de vestiges probants de véritables carrières, la localisation de leur site d’extraction est envisagée de manière générale. Ainsi, plusieurs indices indiquent que des gros blocs tombés sur le lit de la rivière Canterrane depuis les falaises d’érosion ont pu être à l’origine d’ateliers opportunistes de taille de la pierre installés de manière intermittente; ces ateliers ont pu alimenter les constructions médiévales de la partie médiane de la plaine du Roussillon entre Terrats et Villeneuve-de-la-Raho, dont notamment plusieurs villages comme Terrats, Nyls et Trouillas (avec sa forteresse templière du Mas Déu).
Not file

Dates and versions

hal-01406546 , version 1 (01-12-2016)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01406546 , version 1

Cite

Pierre Giresse, Michel Martzluff. Les calcrètes palustres (tuïres) du Pliocène supérieur de la plaine du Roussillon. Pierres monumentales d’usage historique ancien. Géologie de la France, 2016, 1, pp.7-25. ⟨hal-01406546⟩
129 View
0 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More