Des langues minorées aux « langues mineures » : autotraduction littéraire et sociolinguistique, une confrontation productive - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Glottopol Year : 2015

Des langues minorées aux « langues mineures » : autotraduction littéraire et sociolinguistique, une confrontation productive

(1)
1

Abstract

Avant toute chose, levons une ambiguïté de l’intitulé de ce dossier : il s’agit clairement ici de traiter d’autotraduction littéraire . Ce n’est, bien entendu, là qu’un des aspects que peut revêtir la pratique autotraductive, comme le rappellent plus ou moins incidemment deux contributions (l’une – Rautaoja/Gambier –, à propos de l’activité principale de l’autotraducteur étudié, l’autre – ar Rouz –, au titre d’un moyen non négligeable de resocialisation d’une langue en danger de substitution). Toutes les formes de traduction technique (qui, contrairement à certains présupposés, n’est pas nécessairement allographe) relèvent d’une démarche similaire, y compris dans le domaine culturel (que ce soit, par exemple, une notice biographique, un catalogue d’exposition, une quatrième de couverture, le sous-titrage d’un court-métrage, etc.) : elles ont au fond la même finalité de transmission/communication d’un discours écrit ou oral d’un code linguistique à l’autre, voire d’une culture à l’autre, à la différence près que le texte littéraire possède une dimension esthétique irréductible.
Fichier principal
Vignette du fichier
gpl25_00lagarde.pdf (145.59 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Publication funded by an institution
Loading...

Dates and versions

hal-01262853 , version 1 (27-01-2016)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01262853 , version 1

Cite

Christian Lagarde. Des langues minorées aux « langues mineures » : autotraduction littéraire et sociolinguistique, une confrontation productive. Glottopol, 2015, 25, pp. 2-13. ⟨hal-01262853⟩

Collections

UNIV-PERP CRESEM
183 View
219 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More